La cupping thérapie, l’acupuncture ou encore certains types de massages… voilà grosso modo la très courte liste de ce que nous connaissons de la médecine chinoise. Et pourtant, celle que l’on appelle MTC – Médecine Traditionnelle Chinoise – est un système de santé très développé. Riche de techniques et de savoir-faire ancestraux. 

La médecine occidentale se focalise principalement sur la maladie en question. Quant à la médecine traditionnelle chinoise, elle prend en compte le bien-être du patient. Son état d’esprit, les signaux que son corps envoi, et bien d’autres facteurs qui pourront aider dans la recherche de la guérison. 

Bien plus qu’une médecine, c’est un véritable art de vivre et de penser. 

Et parmi ces pratiques, nous souhaitions vous parler de la moxibustion. Proche de l’acupuncture, cette médecine a recours au feu. L’un des acteurs de la Théorie des 5 éléments. 

La médecine traditionnelle chinoise, quelques bases 

Avant de vous parler de la moxibustion, plantons le décor qu’en dites-vous ? La médecine traditionnelle chinoise est une des médecines les plus répandues du monde. Et pourtant, qu’en connaît-on réellement ? Ce savoir-faire thérapeutique repose sur 2 grands principes : 

  • Le QI : considéré comme une force vitale qui circule dans tout le corps, cette médecine soutien le fait de pouvoir favoriser et maintenir cette énergie. 
  • Le Yin et le Yang : deux grands principes de base dans cette médecine asiatique. Le Yin est une catégorie qui inclut le froid, le modèle féminin, la nuit et la négativité. Quant au Yang, on l’associe à la masculinité, au chaud et à la positivité. Ils sont tous deux complémentaires. 

La MTC reconnait aussi la Théorie des 5 éléments : dont le feu, l’eau, la terre, le métal et le bois. Cette théorie mériterait à elle seule un article complet. Mais pour faire court, ces éléments représentent des relations de cause à effet. 

Maintenant que l’on en connaît un peu plus sur cette médecine, entrons dans le vif du sujet : la moxibustion japonaise ! 

La moxibustion japonaise : en savoir plus

C’est une pratique proche de l’acupuncture. On utilise le feu pour stimuler certains points du corps, dans le but de rééquilibrer l’énergie du corps. Cela vous semble étrange ?! N’avez-vous jamais eu une bouillotte étant petit ? Et même plus grand, pour soulager certaines douleurs ?! Plus modernes encore, les infrarouges ! Ce traitement qui utilise la lumière, et donc la chaleur, permet d’apaiser les douleurs et de calmer l’inflammation. La moxibustion a donc elle aussi recours à la chaleur pour soigner. 

Cette technique est une méthode employée depuis des millénaires. D’ailleurs, on y faisait déjà référence dans le Classique interne de l’empereur Jaune. Aussi connu sous le nom de Huangdi Nei Jing. Qui est, ni plus ni moins, le plus vieil ouvrage de médecine traditionnelle chinoise connu à ce jour. Une date ? Ou plutôt des dates. Car celui-ci aurait été écrit par plusieurs personnes, entre 770 av. J-C, et 221 av. J-C. La moxibustion n’est donc pas une médecine moderne, c’est le moins que l’on puisse dire ! Et pourtant, celle-ci fait toujours preuve d’autant d’efficacité tout comme l’huile de nigelle ethiopie ! 

Ce n’est que bien plus tard qu’elle arriva en Occident. On estime son utilisation au 19ème siècle. 

La moxibustion consiste donc à utiliser des points d’acupuncture et de les chauffer à l’aide d’un moxa. Cette technique présente de nombreuses vertus, que l’on évoquera un peu plus tard… patience ! 

Qu’est-ce que le moxa ? 

Le moxa se présente sous la forme d’un bâtonnet semblable à un cigare. Bien souvent, on utilise l’Armoise, ou Artémisia Vulgaris, qui est une plante originaire de Chine. On emploie donc cette plante séchée qui forme un tube pour chauffer les points d’acupuncture. 

Mais il existe plusieurs types de moxas, qui seront simplement préférés par le praticien : 

  • Le moxa direct : le cône est disposé proche de la peau, sans intermédiaire. Celui-ci sera brulé à son extrémité, ce qui va permettre de conduire la fumée et la chaleur jusqu’à la peau. 
  • Le moxa indirect : à contrario du moxa direct, ce bâtonnet n’est pas posé directement sur la peau. Le moxa utilisé est légèrement plus grand. De sorte à ce que l’on puisse l’approcher de la peau, sans directement la toucher. Eh bien oui, sans brûlure, c’est quand même mieux ! Il y aura donc aussi une sensation de chaleur. 
  • Le moxa support : On utilise un intermédiaire entre la peau et le moxa. Cela peut être une aiguille d’acupuncture. Ou encore une tranche de gingembre, ou un tas de gros sel. 

À savoir : la chaleur ressentie par le patient est légère. Dès lors que cette sensation de chaud lui parvient, le praticien retire le moxa. Il recommencera ensuite la manipulation. 

Quels sont les bienfaits de la moxibustion japonaise ? 

Il faut souligner que l’Organisme Mondial de la Santé (OMS) reconnaît les résultats apportés par la moxibustion concernant certaines maladies. 

La moxibustion  japonaise est une médecine qui permet de traiter diverses affections : 

  • Les douleurs liées aux menstruations, mais aussi à d’autres problèmes gynécologiques : infertilité, dysfonctionnement érectile, infection vaginite, troubles sexuels (impuissance…) découvrir aussi les gouttes d’amour ; 
  • Elle est efficace contre les troubles digestifs. Notamment la diarrhée, la constipation, l’indigestion, les hémorroïdes ou encore les maladies inflammatoires de l’estomac ; 
  • Bénéfique contre les maladies des voies respiratoires, la moxibustion peut aussi aider à soigner l’asthme. Mais encore la bronchite et le rhume. 
  • Les douleurs musculaires et du système moteur peuvent aussi être apaisées. Comme l’arthrite, les rhumatismes, lombalgies… 
  • Cette médecine traditionnelle chinoise est recommandée dans le cas de problèmes cardio-vasculaires. Hypertension, hypotension, artériosclérose… 

Une séance de moxibustion 

La moxibustion a lieu en hiver, de préférence le matin ou l’après-midi. Elle est pratiquée généralement sur un patient allongé. Mais il est aussi possible de la pratiquer assis, installé de manière confortable et sans bouger. 

Le moxa allumé est alors placé sur la zone du corps à traiter, selon des points précis. Le bâtonnet est laissé entre 5 et 10 minutes, selon le ressenti du patient. 

Le praticien doit toujours rester en communication avec le malade, afin de prendre en compte ses sensations. 

Cette médecine alternative est totalement indolore, et il n’y a aucun contact direct du feu avec la peau. 

Des précautions à prendre ? 

Bien que ce soit une médecine dite douce, celle-ci demande pour autant de prendre quelques précautions. Nous vous recommandons dans un premier temps de faire appel à un véritable spécialiste. Qui pourra vous conseiller en fonction de votre état de santé. 

De manière générale, la moxibustion est déconseillé : 

  • Aux personnes diabétiques 
  • Aux femmes enceintes 
  • Lors des menstruations 
  • Sur les personnes ayant la peau très fine, ou très fragile 
  • Les sujets en surpoids